-->

jeudi 28 juillet 2011

un nouvel ami

J'ai depuis quelques temps un nouvel ami à Groyeah Beach, il s'apelle (ô originalité quand tu nous tiens) Minou. Le voici :

Minou

Il s'agit du petit chaton de mes voisins, enfin de leur fille, la petite Julie. 
Il est super mignon parce qu'il vient me dire bonjour tous les matins quand je pars au travail et il m'accueille le soir quand j'en reviens. Il ronronne super fort à chaque fois que je le caresse. 

Ca fait du bien un peu de douceur dans un monde de brutes… Je craque complet en ce moment d'être encore ici, de ne pas avoir de date précise pour mon départ, etc. J'en suis à ma 2e saute d'humeur au boulot depuis le début de la semaine (on est jeudi). Mon agacement est sans commune mesure avec les évènements qui le provoque ; c'est juste que j'en ai tellement marre par ailleurs que c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase… ou plutôt devrais-je dire l'océan de ma colère…

Coup de grâce en sortant du travail tout à l'heure : l'agent immobilier qui a vendu ma maison m'a appelé pour me dire que les acheteurs ont vu leur dossier de prêt validé (il ne manque plus que les assurances) mais que le notaire ne pourrait procéder à l'appel de fonds qu'à la fin du mois de septembre. Encore un peu et on basculera sur octobre. En tous cas, mon moral lui a carrément basculé dans des profondeurs abyssales…

mardi 26 juillet 2011

Bonus ! Adrien, 3 ans et demi, gogo dancer ^^

vu au mariage ce week-end…


(vidéo supprimée car elle avait la fâcheuse manie de ne pas avoir de son et de se télécharger automatiquement sur les PC de mes visiteurs… Elle montrait simplement Adrien, un petit garçon de 3 ans et demi qui dansait derrière une rembarde - façon gogo dancer soft. Trop rigolo ^^). 



Un garçon à suivre… ^^

Un week-end comme on devrait en vivre plus souvent…

Je ne peux pas ne pas commencer par ne pas vous dire, en substance, que j'ai plein de choses à vous dire ! (private joke)

Je t'entends d'ici, toi mon lecteur, m'accabler de reproches car je laisse mon blog à l'abandon. Ouais ben c'est parce que j'ai une vie en dehors de mon blog, ce qui me permet de la raconter sur celui-ci (tu me suis ?). J'ai aussi une vie en dehors du travail et heureusement sinon je serais vêtue d'une camisole et ça ne serait pas pratique pour rédiger mon blog…

les bouchons sur l'A7
Ma vie m'a donc conduite à Istres ce vendredi, chez Delph (ex-IUTienne comme moi) & Ludo (son mari tout neuf … Quoi, après 2 ans de mariage, vous le considérez déjà d'occasion ? Quand même !!!). Trajet sans encombre, indications très claires de Ludo. Cuisine délicieuse de Delph. Appartement très agréable, lumineux et spacieux. La Miss a ressorti les vieux dossiers : les journaux (officiels et officieux) de l'IUT ainsi que quelques autres pages de notre prose délirante de l'époque. Incroyable que j'ai osé publier ça en étant lue par les profs (pour la version officielle) ;)


Thomas & Céline
Après une nuit bien reposante dans la chambre de Mélanie (ex-IUTienne aussi), euh, la chambre d'amis, départ pour la Drôme où allait avoir lieu le mariage de Céline (ex-IUTienne encore) et Thomas ainsi que le baptême de leur petit Gabriel. Des bouchons sur l'A7. De la transpiration. De la précipitation pour se changer, se maquiller. Arrivée à l'église où on retrouvera tour à tour Céline, Mélanie et Laure (ex-IUTienne aussi) et ses deux petits bouts. Le petit groupe infernal à nouveau réuni avec Ludo en bonus. 





de g. à dr. : Mélanie, Laure, Delphine, supakAt, Céline - photographe : Ludo


















Après la célébration religieuse, direction un gite perdu en pleine campagne pour l'apéro et le repas. Tous deux ont été délicieux ! C'est bien connu : les gens heureux n'ont pas d'histoire. Mais je peux vous dire qu'il a été question de Gros Tas, Neuneu, Chacal, Cas Soc', Clochard et consorts ^^ De Dr Jeckyll and Mr Hyde aussi… "Les idées folles, tout ce qui nous frôle", pour citer un ex-prof…



Des retrouvailles pleines de bonheur même si bien trop courtes. Mais c'est déjà bien qu'elles aient eu lieue ! Quand Céline, qui vit en Nouvelle-Calédonie avec Thomas et Gabriel, a parlé de déchirement entre les gens qu'elle aime là-bas et ceux qu'elle aime ici, ça m'a parlé très fort. Il y avait beaucoup d'émotions dans ses "discours" à l'église. Et chapeau à la marraine de Gabriel, moi j'aurai pas été capable d'articuler un mot ! Un très très bon moment que ce mariage-là. Qui m'a rappelé amèrement que je n'étais pas présente à celui de Delph & Ludo il y a deux ans…




Après une nuit dans la chambre d'hôtes agréable que j'ai partagé avec Mélanie, retour à la maison le dimanche par les chemins de traverse pour éviter les bouchons : Privas, Aubenas, Mende, Rodez, Albi… 6h30 d'agacement, d'extasiement sur les paysages splendides. Un plat avalé à la va-vite dans un resto sur la route. Couchée à 18h le dimanche soir pour un réveil à 7h30 pour aller au travail. Crevée…

Un week-end comme on devrait en vivre plus souvent…

mercredi 20 juillet 2011

On est chez les dingues !

Le mode de fonctionnement du monde par défaut est l'absurde. 

J'ai commandé sur internet, grâce à des points accumulés virtuellement (avec ma banque), un bon d'achat valable sur un autre site internet pour acheter de la musique dématérialisée. Un tant soit peu de logique vous fait penser que vous allez recevoir le bon d'achat (code à rentrer sur le site) par mail.  Ben non !

Le bon d'achat est imprimé sur une carte plastifiée, livré par colissimo à votre domicile où en le recevant vous gratterez l'encre spéciale qui fera apparaître le code à entrer sur le site. Ladite carte, vous la jetterez aussitôt. Durée de vie du produit : 3 jours en comptant le temps d'acheminement, 2 secondes dans les mains de l'utilisateur. 

Aberration écologique et économique. 

Ca vous choque pas, vous ?

On me dit souvent que je réfléchis trop. Mais force est de constater que pas mal de monde souffre du problème inverse…

On a qu'à revenir au minitel tant qu'on y est, non ?

mardi 19 juillet 2011

dimanche 17 juillet 2011

Sunday supakAt evening news

Après avoir encore joué (à l'insu de mon plein gré) à la marmotte narcoleptique hier après midi (j'ai dormi tout l'aprem), j'ai décidé aujourd'hui de m'expulser de chez moi loin de toute forme de canapé ou de lit où j'aurai encore été capable de m'endormir…



Je suis donc allée visiter le musée du bois et de la marquetterie de Revel. Je ne vous cache pas que j'ai été un peu déçue. J'aurai aimé en apprendre davantage sur le travail du bois, les assemblages, les finitions, etc. Je reste sur ma faim mais il y avait quand même de belles choses à voir et de quoi nourrir son inspiration (bestiole boulimique que vous connaissez peut être vous aussi).

Il y avait quelques expos temporaires pour certaines sans aucun rapport avec le bois. 

En fait, le musée du bois, c'est un peu comme Jean Coutu (la chaîne de "pharmacies" au Québec où, selon le slogan, on trouve de tout, même un ami) : on y trouve tout, même un ami caribou. Si, si ! 

J'ai décidé de créer un compte sur Flickr, pensant que ça me permettrait de partager simplement des photos sur Blogger. Bon, ben ça n'a pas l'air si simple que ça…

Allez, testons ensemble si vous le voulez bien : cliquez ici pour voir l'album photo.
PS : si ça ne marche pas, dites-le moi en commentaire que j'essaie de rectifier le tir. Merci ! :)


A part ça, pas de grandes nouvelles…

Gros repas de famille pour le 14 juillet.

Le week-end prochain, je serais tout d'abord à Istres vendredi (j'ai posé un congé) chez Delph & Ludo et samedi du côté de Valence pour le mariage religieux de Céline et Thomas et le baptême de leur petit Gabriel tout neuf (à peine quelques mois).

Delphine, Céline et bien d'autres (Mélanie, Laure, Bénédicte, Aurore…) étaient avec moi dans la secte, enfin je veux dire, l'IUT Info-Com à Aix-en-Provence il y a déjà 12 ans (viiiiite, ma crème anti-rides : je viens de prendre un coup de vieux !!!). Ca devrait donc être un week-end pas mal festif avec toutes ces retrouvailles :)






A être dans le coin, je pense aller visiter le Palais idéal du Facteur Cheval le dimanche matin et rentrer ensuite tranquillement.

J'en profite pour adresser un gros, gros (énorme donc) merci à Amélie qui me prête sa voiture pour le week-end. J'avoue que mon fidèle destrier commence à fatiguer et n'est guère confortable (euphémisme). Faire 1 000 km dans le week-end avec ma katmobile, ça me portait souci j'avoue.

Le week-end suivant, Amélie et moi devrions aller trainer nos guêtres dans la Creuse où Amélie a passé toutes (? en tous cas pas mal de) ses vacances d'enfance. Moi je n'y suis jamais allée.

Au mois d'août, je rencontrerai peut être enfin Nath du côté de Perpignan où j'ai espoir de retourner 15 jours plus tard pour assister au concert des Chinese Man Records dont le 3e opus a l'air de cartonner (lire la critique de l'album sur trip-hop.net + allez écouter des extraits sur le site de la Fnac)

lundi 11 juillet 2011

Au secouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuurrrrsssss !!!!

Beurk !!!!

Il y a de cela quelques minutes, j'ai du affronter une de mes pires répulsions, celle des batraciens. Une grenouille s'était immiscée dans ma maison :S :x

J'ai réussi, non sans sueurs froides, à la faire sortir. Je pense que j'avais encore plus peur qu'elle.
Mais là, il me semble entendre des bruits dans tous les coins, genre "et s'il y en avait une autre ?" :x :x :x

Je pense que mon hibernation estivale est définitivement terminée : je ne vais pas arriver à trouver le sommeil pendant au moins 3 nuits !!!!

Beurk !!!!

Je vous mets les 2 photos (floues parce que je flippais grave qu'elle me saute dessus) du "monstre" visqueux…


Les souris, les araignées, pas de problème. Mais alors les lézards et pire les grenouilles, je suis pas capable !!! :x

dimanche 10 juillet 2011

Loving Tarn

détails d'une banderole de la fête du livre imprimé



la collégiale Saint-Rémi
Ayant visiblement cessé mon hibernation estivale, je me suis rendue à la fête du livre imprimé de Lautrec. J'adore Lautrec. C'est mon endroit préféré pour méditer sur la vacuité de nos existences, le coût de l'essence ou tergiverser sur la recette de mon prochain gâteau au chocolat… Mon ermitage au milieu des touristes en somme.


le moulin vu de l'esplanade


Il n'y avait pas 500 animations mais pour un village comme Lautrec, c'était déjà bien. Surtout qu'il y a de très nombreuses manifestations tout au long de l'année alors chapeau à tous les organisateurs des diverses manifestations.

Fabrication de papier artisanale (Moulin de Brousses), création de papier décoré, sérigraphe, relieur et autres. J'ai passé pas mal de temps au stand de Mille et Un Papiers où j'étais comme une enfant devant un tour de magie. Prenez un bac, mettez-y de la farine, de la colle à papier peint cellulosique, de l'eau. Déposez ça et là des gouttes de peinture à l'huile. Tracez des motifs à l'aide d'une aiguille d'acupunture. Positionnez une feuille de papier sur le tout. Attendez quelques secondes. Enlever l'excédent de peinture autour de la feuille avec des lambeaux de papier journal. Enlevez votre feuille et laissez sécher.  Si vous êtes doués vous obtiendrez quelque chose qui ressemblera peut être à ceci.




Ce qui m'intéressait le plus, c'était la reliure. Sauf que lorsque je suis rentrée dans la boutique, ça sentait l'alcool à plein nez. Cumulé avec la chaleur et le manque d'air, j'ai crû me trouver mal. De tout façon, le monsieur en était à la fin de sa reliure et collait ses gardes. Je ne me sentais pas d'attendre qu'une autre démonstration recommence.

Direction le moulin, où j'ai fait mon trajet habituel mais à contre-sens. La vue est toujours aussi splendide. 


vue du moulin



Je suis redescendue en direction de la boutique L'Art et la Matière où ma tante expose certaines de ses créations en céramique (raku). Ce n'était pas son tour de permanence pour tenir la boutique. Tant pis, j'ai pu voir ses nouvelles créations et je suis toujours aussi fan :)


Nouvelle artiste à l'art et a matière




Pour une fois, j'ai daigné me risquer jusqu'à l'atelier du sabotier. Mais trop de gens, chaleur étouffante : je ne me suis pas faite de vieux os là-dedans.





Petit détour par la petite esplanade qui jouxte le rond-point pour y prendre quelques photos et y écouter un concerto de cigales-grillons. 



sourire crispé car le vent me fait manger mes cheveux

un œil plissé car soleil qui m'aveugle 




Pour le Tour de France, ils ont re-fait la route nickel (rappelez-vous, j'étais sceptique). Se sont-ils dopés ? Ou dit autrement : qu'ont-ils fichus tout le reste du temps (au moins trois mois) si en moins de deux semaines ils sont capables d'avancer si vite ???

Retour à la maison par la petite route de Saint-Julien-du-Puy. Durant le trajet, j'ai fait un festin de paysages. Si ce n'était qu'une question de paysages, soyez sûrs que jamais je ne quitterais le Tarn. A chaque fois que je contemple mes vallons, je pense à Marcel Pagnol qui était tombé amoureux des monts d'Aubagne. Dans ma tête retentit pianissimo la musique de La Gloire de mon Père.

Quand je vois mes collines, j'ai le cœur amoureux. Et quand mon regard se pose sur la Montagne Noire, là, une indescriptible bouffée d'amour et de joie qui monte dans mon cœur. J'en ai la poitrine prête à exploser. Mon cœur s'emballe et la Passion avec un grand P s'installe. Ses routes étroites et sinueuses, aux détours remplis de mystères et de majesté, sont comme les artères de mon cœur : il faut beaucoup d'audace et un zeste d'inconscience pour les pratiquer. Le Tarn ressemble à un chef d'œuvre de Van Gogh. C'est en tous cas le décor de tous mes rêves… Je ne possède aucune de ses collines mais le bonheur de les contempler m'appartient. Et cela va être une immense déchirure que de partir ailleurs…

samedi 9 juillet 2011

Un début de week-end passionnant !

Sachant que j'ai été en proie à une migraine jeudi soir, une autre vendredi après-midi (j'ai crû que je n'arriverais pas à rentrer à la maison…), ça a dû pas mal me fatiguer tout ça.

Parce que depuis vendredi soir 18h (heure de mon arrivée à la maison) jusqu'à ce soir 18h, j'ai dormi 16 heures (sur 24). 



Alors ce n'est pas que je ne veux pas vous raconter ma vie via ce blog mais qu'est-ce que tu veux que je dise hein ??? Que j'ai réussi à faire mes courses hebdomadaires entre deux siestes ? C'est ce qui s'appelle une vie intense, passionnante limite transcendante…

J'avais prévu de faire d'autres trucs, ben c'est cuit…

Si j'arrive à éviter toute occupation prolongée de mon lit ou de mon canapé demain, il y a une chance que j'aille faire un saut à la fête du livre imprimé de Lautrec. Ben oui, on est dans l'imprimerie où on ne l'est pas. Et au pire si c'est nul, j'irai squatter la pelouse autour du moulin… pour y faire une sieste ???

Bon je vous laisse, ma vie trépidante m'attend…

test

Amis blogguers de chez Blogger, je me suis enfin décidée à tester la fonction "devenir membres" de Blogger. Je n'en comprends toujours pas trop l'intérêt, sachant que je suis déjà vos blogs via RSS. Mais bon, on verra bien à l'usage… ;)

Je n'ai pas pu devenir membre du blog de certain(e)s d'entre vous (dont Cherrybee, Effzeebee et Mélanie, Jérôme et les enfants) n'ayant pas trouvé le module "devenir membres". C'est moi qui n'y voit pas clair où vous ne l'avez pas mis ?

samedi 2 juillet 2011

Saturday supakAt midday news

À tous mes lecteurs qui vivent dans l'angoisse de savoir si le petit nouveau au travail est resté (grâce à mon gâteau choco-poires) la réponse est oui. Ouf !

Et vous savez pas la meilleure ? Bon, j'ai mis deux jours à le reconnaître lol mais Cyril était avec moi à l'Ecole Estienne ! Le monde est petit. Surtout celui de l'imprimerie. Avec 50% des imprimeries qui ont fermé en 10 ans, ça aide aussi à rétrécir ce monde-là… Cyril n'était pas dans ma classe mais était bien copain avec un gars de ma classe. Clarisse (qui a fait Estienne dans les mêmes années que moi) rentre lundi de congés. On verra si elle le reconnait ou pas. Elle était dans la même section de BTS que lui mais une promo au-dessus d'après mes calculs.

L'École Estienne - Paris XIIIe


En tous cas, en me comptant (même si ma présence n'est que très temporaire), ça fait enfin la moitié du bureau qui a à peine plus de 30 ans ! Boudi, on progresse ! Il faudra que je demande l'âge exact de certains pour faire la moyenne d'âge mais on doit pas être loin des 42 ans je pense… Sachant qu'il est question (bon, ça ne fait que deux ans que ça dure…) de recruter un autre fabricant, jeune si possible. Bref, le rajeunissement du service semble enfin enclenché. 

Seul hic avec Cyril, je crois me rappeler qu'il soutient le PSG :s Christophe aussi remarque, puis je l'aime bien quand même ;)

A part ça ? Ben la vie est belle :) R.A.S quoi !
De la cuisine et du ménage à faire… Du rangement aussi. L'herbe à couper sous le cagnard :(((((((
Et surtout du repos grâce à un week-end de 3 jours (j'avais posé la journée d'hier pour la signature chez le notaire). Ca fait du bien !

Je suis passée à Lautrec hier. Les travaux doivent être finis pour le passage du Tour de France dans 11 jours. Est-ce manquer d'optimisme que d'avoir du mal à y croire ? ;) Faut espérer qu'il n'y aura pas de blessés ; déjà qu'ils sont drogués, c'est pas la peine d'en rajouter…

Vu que l'étape s'arrête à Lavaur (là où vivent 70% de mes collègues), je pense que ça va être un sacré bazar pour qu'ils rentrent chez eux après le travail. Et si on fermait ce jour-là hein ? Y'a le 14 juillet juste derrière, un vendredi pour lequel ça ne vaudrait pas le coup de revenir. Bref, un "petit" week-end de 5 jours, ça le ferait, non ?

Ma (future) cabane au Canada

Pour revenir à un sujet plus léger et joyeux que celui de mon article précédent, laissez-moi vous parler de mes lectures récentes.

Si vous avez lu mon blog dans son ensemble (ce qui mérite la Légion d'Honneur au minimum voire le Nobel de la Patience), vous savez que je ne suis pas très fan de romans (sauf policiers, par "cure").

J'ai tendance à lire pas tant pour me divertir (bien que si, un peu) que pour apprendre des choses nouvelles (et c'est divertissant puisque choisi et non subi). Mon imagination embraye souvent à la suite de mes lectures et me voilà parti pour des semaines de rêveries :) On se demande pourquoi je suis si souvent dans la lune. Et bien c'est parce que je lis ;) Mais ne me privez pas de lecture sinon je mords !!! Lecture sur tout support : livres, magazines, internet…

Je sais que je rabâche mais à Groyeah Beach, nous avons la chance d'avoir une médiathèque juste extraordinaire ! J'y trouve toutes sortes de délectations.

Je fonctionne par "sujet". Depuis quelques temps, la majeure partie de mes lectures sont consacrées à la construction de maisons écologiques, passives, basse consommation, etc. Je ne vous livrerais pas le menu exhaustif de tous les ouvrages que j'ai dévoré sur le sujet mais en voici quelques uns.

Tout d'abord, le magazine La Maison Ecologique. Voilà qui permet d'avoir un bel aperçu de techniques de constructions alternatives mais aussi de modes de vie plus respectueux de l'environnement. On se calme, je ne vous parle pas d'élever des chèvres sur le Plateau du Larzac ;)

De toute façon, en matière d'écologie, il ne sert à rien de vouloir être jusqu'au boutiste (sauf à vouloir s'épuiser, échouer, se décourager et donc finir par tout rejeter en bloc). Je pense (ça n'engage que moi donc) que tout pas fait en direction d'un mode de vie plus sain est louable. Je vous rappelle que présentement je travaille pour une imprimerie (donc polluante), elle-même partie prenante d'un groupe pharmaceutique. Je m'emploie à changer tout ça dans les mois à venir, n'empêche qu'en attendant, je ne crache pas sur mon salaire…

La Maison Ecologique disais-je. Ce magazine permet selon moi une entrée en douceur dans le sujet. Si votre bibliothèque l'a tant mieux, parce qu'il faut pas mal de numéros pour commencer à appréhender le sujet de façon globale. Honnêtement, si j'étais restée en France je m'y serais abonnée (il n'est pas exclu que je m'y abonne au Canada d'ailleurs - mais il faudra que je voie ce que donne son homologue québécois La Maison du 21e siècle). Il est certain que, comme pour tout magazine, les thèmes sont récurrents d'année en année. Mais tout l'intérêt est justement de voir les progrès effectués (nouvelles façons de procéder, nouveaux matériaux, etc). 
"L'argent dépensé pour la construction d'une habitation n'est qu'une partie de ce qu'elle vous coûtera ensuite en énergies pour la chauffer. Autant la construire la moins énergivore possible qui à re-dimensionner votre habitation en fonction de vos besoins et non de vos envies". Une autre solution consiste à construire en plusieurs étapes. 


Après quelques numéros de la Maison Ecologique, je pense que vous êtes mûrs pour lire La maison des négawatts. Késako un négawatt ? Il s'agit de tous les watts que l'on peut éviter de consommer, non pas en prenant des douches froides pour tenter de sauver la planète ^^ mais en économisant tout en gardant un bon confort. Bon, je ne suis pas sûre que beaucoup d'entre vous soient prêts à se passer de leur écran plasma énergivore (qui consomme je ne sais plus combien de fois plus qu'une vieille téloche). Je compense un peu pour vous : je n'ai pas la télé ;)

Bref, ça rejoint un peu l'idée selon laquelle la meilleure façon d'économiser, c'est encore de réduire ses dépenses. C'est valable pour l'argent (car plus vous gagnez, plus vous payez d'impôts - sur 100 euros gagnés, seuls mettons 75% vous reviennent ; alors que lorsque vous économisez 100 euros, ben c'est 100 euros de gagnés) mais aussi pour l'énergie. Et à mon sens, devenir chacun moins dépendant des producteurs d'énergie est la seule façon de régler le problème de la crise énergétique. Idem pour l'alimentaire. Bon, mais je pousse peut être le bouchon un peu loin pour vous…

Revenons à des choses plus simples. Peut être serait -il possible de remplacer certaines ampoules à incandescence par des fluo-compactes par exemple. Orienter sa maison en fonction du soleil (dans un lotissement, j'en conviens, c'est pas évident) pour bénéficier des apports solaires gratuits en construisant intelligemment pour ne pas que ça se transforme en four l'été venu. Bref, à emprunter à votre bibliothèque !


Si dans le même temps, vous mettez votre maison en vente et en retirez pas grand chose malgré des années de travaux, vous songerez peut être à construire plus petit la prochaine fois, histoire de moins vous épuiser et de dépenser moins d'argent qui risque ne pas se rentabiliser beaucoup. Peut être envisagerez-vous à une auto-construction au moins partielle. Il se peut aussi que vous ayez le goût de vous créer un "ermitage", un lieu où vous ressourcer loin du tumulte de votre vie de dingue (mieux qu'un psychotrope !). Alors là, vous êtes fins prêts pour mon méga coup de cœur du moment : Cabanons à vivre. 





Ce livre de Christian La Grange (ça ne s'invente pas) ne vous livrera pas que des plans, techniques de construction et dessins de cabanes à vivre pendant les vacances voire tout le temps (cf.  http://www.smallhousestyle.com/) mais également des informations sur les essences d'arbres, sur des animaux sauvages (mais pas dangereux), des recettes de breuvages et autres confitures…
"Mieux vaut passer un an de sa vie à construire votre maison que trente ans à la payer"

Voilà à quoi ressemble ma future cabane au Canada (en rêve)  :)
dessin de Christian La Grange, dans Cabanons à vivre, éd. Terre vivante

Cabanons à vivre, c'est pas juste un livre à emprunter à la bibliothèque, c'est un livre à acheter pour l'avoir chez soi, à offrir pour faire rêver et pourquoi pas pour faire se transformer des rêves en réalité ! :)











Cela dit, vous louperiez vraiment quelque chose si vous ne lisez pas Graines de permaculture. La permaculture, c'est pas juste des conseils de jardinage. C'est une façon de créer des éco-systèmes harmonieux à tous les niveaux, jardin, maison, quartier, ville, etc.
Niveau jardinage, vous y apprendrez notamment à créer un jardin en "trous de serrure". Je n'en dis pas plus pour titiller votre curiosité.
La permaculture touche plusieurs niveaux je l'ai déjà dit, y compris le tissu humain et social.
Je vous recopie ici un long passage mais qui me semble à méditer :

Aujourd'hui, la plupart d'entre nous vit dans des dortoirs : hameaux à la campagne ou grands ensembles. Presque tous nos besoins sont satisfaits par des denrées venant de loin et la plupart d'en nous utilise un véhicule pour aller travailler. Nous faisons partie d'une économie dont l'échelle est nationale voire mondiale. 

L'une des conséquences de ce schéma économique est l'utilisation excessive d'énergies fossiles ainsi que la pollution puisque d'énormes quantités sont utilisées pour transporter les personnes et les denrées d'un endroit à l'autre. L'accroissement des distances engendre un autre problème : nous éloignons tellement les conséquences de nos actes que d'une part, nous en devenons inconscients, et que d'autre part nous devenons dépendants de forces dépassant de très loin notre contrôle. 

(...) Quand les denrées sont produites localement par des personnes que l'on connaît, il est aisé de savoir comment elles sont produites et de discuter avec le producteur si nous souhaitons un changement. (...)

Le développement de communautés humaines auto-suffisantes ne mène pas vers l'autarcie : les échanges avec d'autres personnes, d'autres cultures et d'autres parties du Monde resteront toujours indispensables. 

Le marketing de la folie

Ca fait un bail que je veux faire article pour vous parler d'une vidéo que j'ai regardé sur internet il y a quelques temps. C'est très long (3h) mais tout ce qui est dit est hautement intéressant et il est important de tout voir pour bien comprendre tous les tenants et aboutissants.

Le reportage se nomme Le marketing de la folie et traite donc de la psychiatrie et de toute sa pharmacopée… pour le moins nocive !!!



Il est évident que certains médicaments (même ultra puissants et avec des effets secondaires à faire peur) s'avèrent nécessaires dans certains cas. Ma sœur ainée est schizophrène et sans son traitement, Dieu seul pourrait dire si elle serait encore en vie aujourd'hui.

La schizophrénie est une maladie neuro-dégénérative (si on ne fait rien, ça empire - je peux en témoigner puisque pendant des années ma pauvre sœur n'a pas été diagnostiquée malade, donc pas soignée et il lui aura fallu du temps pour accepter sa maladie - et je l'admire parce que ça n'a pas dû être facile). Ainsi, dans son cas, même si son lourd traitement ne la guérira jamais et soigne tout juste ses symptômes, n'empêche que ça lui permet de vivre "du mieux possible" et surtout de stabiliser son état.

Je profite de cet article pour dire à quel point je suis fière d'elle, de tous les efforts qu'elle a fourni pour améliorer son état et qu'elle fournit au jour le jour pour arriver à se lever, à se laver, à se "soigner", à se faire à manger, à sortir de chez elle… Son état s'est nettement amélioré depuis 3 ans mais les médicaments n'y sont pas pour grand-chose. C'est vraiment elle qui a fait tout un travail sur elle-même, qui a décidé de se sortir d'un milieu déprimant (l'hôpital de jour où elle côtoyait des "cas" bien plus graves qu'elle), d'aller vers les autres (elle est bénévole dans une association), de se créer des activités à défaut de pouvoir travailler. Je suis tellement fière de toi Laurence !!!! Je ne suis pas sûre d'avoir le dixième de ton courage…


Bon, j'en reviens au documentaire… Il ne s'attache pas tellement à parler des patients qui ont un besoin vital des psychotropes mais davantage de la dérive totale de la psychiatrie. Il explique entre autres comment les psychiatres sont passés du rang de "garde-malade" à celui de médecin, expert en troubles mentaux en quelques décennies. Mais le documentaire s'attarde surtout à montrer comment l'industrie pharmaceutique a réussi grâce au marketing à "créer le besoin" et à faire croire à des personnes tout à fait saines d'esprit qu'elles ne le sont pas tant que ça ("nous sommes tous fous" mais nos maux ne sont-ils pas une réaction normale à l'organisation malsaine du monde dans lequel nous vivons ?) et que par conséquent, elles avaient besoin de prendre des psychotropes ultra puissants d'ordinaire réservés à des maladies très graves telle la schizophrénie.

Il y a longtemps déjà j'avais été consulter un psychiatre pour faire un point sur pas mal de choses. J'avais choisi un psychiatre parce que c'était un médecin, ce qui pour moi était un gage de sérieux. Si de mes échanges avec le psy, j'ai pu mieux cerner certains mécanismes de mon inconscient, ça ne m'a en aucun cas permis d'avoir le contrôle sur eux (c'est l'hypnose, quelques années plus tard, qui a réalisé ce "miracle"là). Expliquer et comprendre n'est pas résoudre. Savoir que j'ai une roue de vélo crevée et que c'est un clou en bord de route qui l'a transpercé ne répare pas mon pneu de vélo…

Ledit psy m'avait prescrit un traitement dont je n'avais pas besoin. Il faut dire que je consultais suite à une rupture amoureuse très douloureuse. Il était donc normal que je sois déprimée (vous avez déjà vu des gens sauter de joie quand ils se font larguer, vous ?). Ca ne voulait pas dire que j'étais dépressive. Et ça justifiait encore moins la prescription d'un psychotrope. Je l'ai arrêté progressivement parce que j'en avais marre de ne pas être capable de ressentir de la joie, de la tristesse, de la colère. J'étais toujours d'humeur égale ;  en fait je ne ressentais plus rien. 

En regardant le documentaire, je n'ai pu m'empêcher de penser à Mélanie et Jérôme et surtout à leur petit Vincent pour qui le psychologue scolaire a suggéré la prescription de Ritalin pour qu'il soit plus calme. Mélanie, si tu as le temps de voir le reportage en entier, ça ne fera que te conforter dans ta décision !!!

Bon, ben je vais peut être la boucler avant d'être diagnostiquée bavarde compulsive et de me voir prescrire un psychotrope inhibant la parole (et les doigts pour le clavier…) :s

conflit planétaire ???

Ce n'est pas que je sois superstitieuse (quoique…) mais le jour où les acheteurs sont venus visiter la maison, au moment de signer l'offre d'achat, il y a eu un gros coup de tonnerre. Et hier, pour la signature du compromis de vente chez le notaire, j'ai eu une migraine qui ne m'a pas lâché de la journée (Advil n'y a rien fait). Du coup, y aurait-il un quelconque conflit astral dans mon horoscope par rapport à la vente de cette maison ? Que me réserve le destin ?

Bon, en attendant, le compromis de vente est signé. Il n'y a plus qu'à attendre que les acheteurs reçoivent en recommandé avec AR la copie du compromis. A compter de cette date, ils auront 7 jours pour se rétracter. Au-delà, tout dédit leur coûterait 10% du prix de vente (même chose pour moi si je ne vendais finalement plus). Restera ensuite le crédit immobilier à obtenir. Et si c'est bon, en septembre, on signe ! Croisons les doigts pour que tout aille bien !!!