-->

dimanche 27 novembre 2011

Salon des Métiers d'Art de Trois-Rivières

Le Salon des Métiers d'Art avait lieu cette fin de semaine à Trois-Rivières. Si vous n'étiez pas au courant, c'est que vraiment, vous ne suivez rien de ce que je raconte. Honte à vous !!!! ^^

Je vais la faire brève parce que Tout le Monde en Parle débute à 20h sur Radio-Canada - je le regarde en direct sur le site web (il est présentement 19h45) et que je me fais avoir tous les dimanche soirs : je bloggue et du coup, je loupe le début :(
J'ai surtout besoin de relaxer en masse avant de ré-attaquer demain matin au travail. 

Comme vous le savez aussi, je participais aujourd'hui encore en tant que bénévole au salon. Euh, dis comme ça, ça semble un peu négatif mais ne vous y trompez pas, j'ai adoré ça :) J'ai été à l'accueil à distribuer le plan et le coupon pour participer au concours, expliquer à quoi servait le coupon et où le mettre et pour dire aussi qu'il y avait deux salles même si la 2e est située au bout d'un long corridor.

J'ai aussi remplacé deux exposants sur leur stand durant leur pose déjeûner. 

J'avais bien sûr fait un effort de présentation sortant robe noire courte (enfin pas trop non plus) et bottes de pitoune. Le hic : ces maudits collants qui descendaient sans arrêt…

Enorme affluence de visiteurs aux alentours de 13h45. Je devais terminer à 14h mais ai prolongé pendant plus d'une demie-heure tellement il y avait de monde à renseigner à l'accueil. Les portes ont même dû être fermées pour réguler le flot de visiteurs. Moins de 5 minutes d'attente pour entrer mais à un moment donné, on ne savait presque plus où faire continuer la file d'attente…

Je n'ai visité l'exposition qu'après avoir fini mon service, au milieu de la foule donc. J'ai fait ma visite en vitesse car j'avais encore pas mal de choses à faire à la maison (dont laver ma tenue de travail pour demain).  Je suis rentrée à la maison vers 15h30, totalement crevée, avec les jambes en compote (trois jours que je me tiens debout pendant des heures, forcément, j'ai pas l'habitude).

Bon, je stoppe mon blabla sinon je vais encore louper le début de TLMEP et je vous mets les photos. 


Pour résumer : c'était super, plein de belles choses inspirantes à voir et à acheter :)

bijoux en verre de Myrelle Couture

impression textile de Lucie Chamberland -Atelier Libellule

miniature d'Andréanne Blais (je n'ai pas trouvé son site internet)

stand d'André Cosette

les belles verreries de Mario Carrier

le stand des céramiques de Jako Boulanger

idem… il est venu de Gaspésie pour le salon !!!

on le voit mal, c'est dommage : un sublime mobile en verre de Carole Doyon 

mon cadeau de bénévole:
une bouteille thermo super belle :)

NB : il y a des tas d'artisans dont les œuvres ne sont pas en photo ici mais qui auraient mérité d'y être. Je pense (entre autres) aux bijoux et autres joyaux (avec jeu de mots) de Monique Vachon en verre fusionné, juste sublimes.

Mes débuts au travail :)

J'ai commencé vendredi ma formation de barista pour les Café Morgane. Ma succursale n'étant pas encore ouverte, la formation a lieu dans différents cafés. De même, je continuerai à "tourner" entre plusieurs succursales en attendant l'ouverture de "la mienne" vers la mi-décembre.

essayage de ma tenue dans ma SDB ;)
Vendredi, nous étions deux à recevoir les premiers rudiments : Marc-André et moi. Ca se passait à la succursale du Terminus entre les mains expertes de Marianne. Nous avions déjà reçu des documents de travail (48h avant pour ma part) pour nous familiariser avec les recettes des breuvages. Je les connaissais par cœur avant d'arriver mais au pied de la machine, c'est déjà un peu plus impressionnant. Et au bout de quelques heures de pratique, tout a commencé à se mêler dans ma tête et évidemment, le stress est monté d'un cran.

Marianne a été super patiente et gentille avec nous. Ca nous a fendu le cœur à tous de jeter toutes les boissons que nous avons préparé ce soir-là mais ainsi va la formation. J'en suis sortie assez stressée et un peu découragée même si j'avais vraiment adoré ça. Mais arrivée à la maison, je me suis remontée le moral toute seule (enfin Marianne avait déjà eu des paroles rassurantes) en me disant que tout ça ne s'apprenait pas en 3h. 

Le lendemain (samedi donc) direction la succursale des Forges où Julien a joué le rôle de mon formateur. Même si on a passé la majeure partie de l'aprem à préparer des espresso, lattés et autres plaisirs gustatifs (surtout vu les rushes que nous avons eu) mais on a aussi levé le nez pour faire la tournée des tables (débarrasser, remettre en ordre, etc.), parler de l'ambiance, du service à la clientèle, etc.  Ca m'a mis en confiance parce que oui, préparer des breuvages c'est fun mais ce n'est qu'une infime partie de notre mission. Et me parler de relation clientèle, forcément, c'est un domaine où je me sens à l'aise vu mon expérience pro. Bref, je n'ai pas tout à apprendre non plus même s'il va falloir que j'adapte pas mal de choses de mes expériences passées.

essayage bis ;)


J'ai vécu cet après-midi là aussi des gros moments de stress. Au bout de la 3e boisson à préparer en même temps, je commençais à bugger niveau mémoire puisque tous mes gestes aujourd'hui ne sont pas des réflexes mais me demandent une part de réflexion, ce qui forcément empiète sur l'activité cérébrale liée à la mémoire. Mais Julien et tous les autres membres de l'équipe ont été super gentils et aidants. Des dires de mon formateur, ça ne parait pas du tout quand je stresse (merci mes années d'imprimerie !).

Aujourd'hui, j'étais de congés pour pouvoir honorer mes heures de bénévolat au Salon des Métiers d'Art (j'en parle dans un prochain article). La formation reprend demain, cette fois avec Louis-Simon dans une succursale encore différente. J'ai bien hâte d'y être même si c'est déstabilisant de ne pas se sentir à l'aise et efficace dans sa job. Mais ça viendra !
En tous cas, travailler au Café Morgane, j'adore ça ! :)

jeudi 24 novembre 2011

le resto du mercredi : le Gambrinus

J'aime les traditions. Et c'est ainsi que les mercredi soirs avec Anne nous allons souper dans un resto de Trois-Rivières. Oui, c'est une tradition vieille de moins d'un mois et demi et alors ? Faut bien que ça débute un jour une tradition… Ne sois pas taquin, toi mon lecteur, veux-tu ?

Hier, nos estomacs nous ont conduit au Gambrinus, situé boulevard des Forges.
Une bien bonne idée qu'ils ont eu là. J'ai bien aimé le cadre même si je déplore la musique un peu trop forte vers la fin du repas. Une lumière un tout petit peu plus présente aurait aussi été appréciée pour lire avec plus de facilité les petites lignes du menu. Qu'entends-je mon lecteur : "je vieillis" selon toi ? Oh, mon p'tit tannant de lecteur…




La cuisine était bonne même si, à faire une comparaison, pour un type de cuisine et une gamme de prix identique, j'ai une légère préférence pour le Faste-Fou rue des Forges. Cela dit, le Gambrinus est un endroit bien sympa quand même que je recommande. 

Le serveur nous a expliqué que le service avait été perturbé par une tablée importante de dernière minute. Personnellement, je n'ai pas eu l'impression d'attendre particulièrement longtemps… J'ai trouvé le service très bien et ça s'y est vu dans mon pourboire (pour faire le lien avec un ancien article à ce sujet).

Une des spécialités du Gambrinus, ce sont ses bières artisanales (dont certaines brassées sur place). Mon seul regret : pas de bière blanche. Mais la bière blonde Gambrinus était vraiment bonne, pas trop typée, de l'easy-drinking quoi (je précise, ça n'est pas péjoratif - au contraire, pour accompagner un repas assez consistant c'est parfait).

Beaucoup de monde hier soir. On a eu tout de même la chance d'avoir une table "classique" et non pas une table haute qui oblige à se jucher sur des tabourets. Non, mon lecteur, je n'ai pas entendu tes sarcasmes une nouvelle fois réitérés… 


J'ai laissé Anne explorer les toilettes de l'établissement. Seul bémol : la poignée à tourner pour verrouiller la porte qui fait qu'on ne sait jamais si c'est bien verrouillé ou pas. J'ai donc décidé de ne pas visiter les lieux à mon tour… Oui, même les super-héros ont droit à un peu de lâcheté de temps à autres…


Vous ne devinerez jamais où nous sommes ensuite allées trainer nos guêtres (et le reste) ! Maudit tannant de lecteur, comment as-tu deviné que c'était au Café Morgane de la rue Royale/des Forges ??? Bon, je reconnais que la probabilité était forte mais tu aurais au moins pu nous accorder le bénéfice du doute… Pfff…

De façon totalement irraisonnable (et habituelle ^^), je me suis laissée tenter par un gâteau. Je ne l'avais pas encore goûté celui-là ! J'y peux rien, c'était mon destin… ;) "Barre monstre", c'est son nom. C'est vrai qu'il est très costaud. Mais très bon pareil :) Le tout accompagné d'un chaï latté (il n'y avait plus de caramel pour faire un café latté au caramel. Snif !). La 2e tasse sur la photo (à gauche), c'est celle d'Anne qui cherche à me faire passer pour ivrogne des boissons sans-alcool.


à fond la forme

Sérieusement, que la personne en charge de la rédaction française des pots de yogourt Liberté lève le doigt… (je ne parle pas de celui qui rédige mais de celui qui valide la rédaction)

Jugez plutôt :

"yogourt très onctueux, avec fruits au fond"
Et tant qu'on y est, pourquoi pas : "ça nous faisait ch… de voir trainer ces produits là, ça fait qu'on a tout claqué dans un pot. Maintenant que tu l'as acheté, ben bouffe-le !"
Amis de la poésie marketing, bonjour…

"La généreuse onctuosité (ou encore : "l'onctuosité crémeuse") d'un yogourt sur un lit de fruits" ça serait quand même un peu mieux, non ??? 

Mais dans quel monde on vit quand même ? On est de plus en plus nombreux à faire des études, longues voire très (trop ?) longues et on mange des yogourts au descriptif peu vendeur. Si en anglais, la même phrase passe bien, ben en français on dirait que ça a été écrit par un ermite qui ne sort jamais de son bois…

Je ne demande pas non plus à ce qu'ils en fassent trop (genre les courriers de la VPC en France) mais il y a quand même une limite.

Parlant des courriers de la VPC, savais-tu mon cher lecteur (toi aussi tout aussi outré que moi j'en suis sûr par l'outrecuidance de l'industrie agro-alimentaire qui nous pond des pots de yogourt peu amènes), que c'est un de mes rêves de devenir rédactrice de ces courriers ?

Sincèrement, les as-tu déjà lu ? C'est à mourir de rire.
"Chère Madame supakAt,
vous êtes l'une de nos plus fidèles clientes et ce, depuis   1999 . Depuis notre première rencontre, chacune de vos commandes ( 3      commandes pour un montant total de    89,18€ dont une que vous avez demandé à vous faire intégralement rembourser) nous a ravi ! M. Xavier Dupont, notre Responsable Grands Comptes m'a justement parlé de vous ce matin, en me demandant de vous offrir, à vous exclusivement          Madame supakAt     , notre cliente préférée, les plus importantes réductions pour vous remercier de votre si grande bienveillante générosité à notre égard ! Et je ne peux qu'applaudir sa décision !"

Bon, allez, j'arrête là. Tu peux reprendre une activité normale…

mercredi 23 novembre 2011

c'est décidé, je pars vivre dans les fjords !

Non, c'est une blague. Mais vu qu'il y a de la neige ici aussi, pourquoi pas en fait ?

Juste un petit article pour vous parler d'un reportage que j'ai adoré paru dans le dernier Maison Magazine. 


Je vous donne un petit avant-goût et vous invite à vous procurer le numéro en kiosque. 




Je profite de cet article pour vous dire que Maison à vivre bois a publié dans son numéro d'octobre un bel article sur l'entreprise québécoise de charpente traditionnelle Hamlet dont je vous avais déjà parlé sur mon blog. Je n'ai malheureusement pas réussi à me procurer le magazine ici :(

Shiucks !!!!

Shiucks = sh*t + f*ck + it s*cks, c'est vous dire mon état d'esprit en voyant ça ce matin…


Je me suis recouchée une petite demie-heure (je profite de mes derniers jours sans emploi) en me disant que non, c'était un mauvais rêve et que ça aurait disparu quand je me (re-)lèverai. Mais non… :-/

mardi 22 novembre 2011

Vous avez demandé un job ? C'est partiiiiii !!! :)

Bonne nouvelle : j'ai trouvé du travail :) Un travail qui me plaît en plus :)

Chronique d'un super-héros embauché
Tout à commencé de façon anodine. Mélanie a partagé sur mon babillard Facebook un "statut" des Café Morgane disant qu'ils embauchaient pour leur nouvelle succursale trifluvienne qui ouvrira dans la 2e quinzaine de décembre. Ils invitaient à venir déposer une candidature directement au nouveau café à des horaires précis. 

C'est ce que je j'ai fait jeudi dernier. Accueillie par deux personnes du Café, je leur ai remis mon CV et lettre de présentation et on a discuté juste quelques minutes. 

Lundi (hier), je reçois un appel : je suis invitée à participer à une entrevue mardi, le lendemain matin. 

Mardi (aujourd'hui), je me présente à l'entrevue qui se passe bien. J'avoue que j'apprécie le contact avec mon interlocuteur, le courant passe bien, le thé earl grey qui m'a été offert aussi :) A l'issu de l'entretien, je sais que je serai recontactée dans la journée pour savoir si oui ou non je suis embauchée. 

Vers 15h, le téléphone sonne : je suis embauchée !!! Woooohoooooo !!! :D Trop contente :)
Je passe récupérer demain mon uniforme et des documents de travail. Je commence ma formation vendredi après-midi (puisque demain mercredi et jeudi, j'aide au Salon des Métiers d'Art) ainsi que la semaine prochaine. 

Tout ceci ne sera pas arrivé sans l'aide très précieuse de certains d'entre vous mes lecteurs (à commencer par Mélanie qui m'a parlé de l'embauche et en terminant par Sylvie qui m'a donné une foule de renseignements !). Un grand merci à tous ! 


Le Café Morgane
Il faut savoir que je suis une fan des Café Morgane en tant que cliente.
Mes connexions en wifi du début, c'était là :) Les bons breuvages (thé earl grey, café latté au caramel, chai latté, lemon frog, etc.) et les bons gâteaux aussi :p :p :p Mais les Café Morgane se sont aussi de beaux endroits, joliment décorés avec une identité visuelle claire mais chaque succursale est unique. C'est une ambiance : un personnel jeune, dynamique, souriant, de la musique agréable, une clientèle diversifiée (jeunes, retraités, famille). Une espèce de cocon, de bulle de bien être dans le quotidien. Des endroits apaisants et inspirants (j'y ai commencé la rédaction d'un futur slam). 

Pour tout vous dire, j'étais contente d'avoir internet à la maison au bout de quelques jours mais je regrettais aussi mes visites quotidiennes dans l'une ou l'autre des succursales. Heureusement qu'Anne est un peu accro aux Morgane elle aussi, ça fait qu'on y va régulièrement ;) Et parfois j'y retourne toute seule aussi :)

Les Café Morgane fêteront leur 20e anniversaire l'an prochain. La 11e succursale (où je vais travailler) ouvrira donc le mois prochain. Ce sera la 8e succursale trifluvienne. Il y a également un Café Morgane à Shawinigan, un à Drummondville et un à Repentigny. Bref, c'est un beau succès entrepreneurial. En tant qu'employé, les possibilités d'évolution existent, reste à savoir les saisir ou les provoquer. 

Pour vous donner une idée, voici une vidéo réalisée pour l'ouverture de la succursale de Shawinigan. On y voit Jonathan avec qui j'ai passé l'entrevue aujourd'hui ainsi que les propriétaires du Café (Guy et Suzanne Marcotte que je n'ai encore jamais rencontré). 



et encore une autre vidéo pour le plaisir :) c'est la succursale où j'ai passé mon entrevue ce matin

video


Il ne me reste plus qu'à dompter la machine à espresso ^^… et tout le reste ! Mais je suis super enthousiaste :)



Est-il vraiment utile que je fasse un comparatif avec la France ? Où je n'aurais jamais passé d'entrevue parce que le travail de barista ne cadrait pas pile poil avec ma formation, mon expérience, mon niveau de compétences ?le recrutement aurait duré des semaines (voire des mois) au lieu de 5 jours ? Bon, allez, je m'arrête là dans la comparaison et je me contenterais de dire : ♥♥♥ VIVE LE QUÉBEC !!! ♥♥♥

c'est l'Amérique !

Pour les gros nuls en géographie (dont je fais souvent partie mais pas cette fois-ci), le Québec est situé en Amérique du Nord. Or, nous autres européens avons tendance à considérer que tout ce qui est nord-américain est démesuré. 


Ca va même jusqu'au pack de litière pour chat qui ne pèse jamais que 18kg. Il faut vraiment que je l'aime mon Chatoupitou, surtout avec 3 maudites portes à ouvrir pour rentrer chez moi (celle de l'immeuble,  la porte coupe-feu du corridor et la porte de mon appartement - une chance que j'habite au rez-de-chaussée !)

Vous me direz que cet article est totalement inintéressant et vous aurez absolument raison !!!! Le truc, c'est que je voulais publier des photos de Chatoupitou qui a décidé de montrer le bout de ses moustaches plus souvent qu'à l'accoutumée ces temps-ci, me permettant donc de le photographier. Voici quelques photos du plus beau super-chat de la planète :)


on dirait presque un Snuggie sa couverture ;D
Un Snuggie, c'est une sorte de couverture avec des manches pour n'avoir froid nulle part. Ca doit tenir chaud mais vive le glamour… ^^ Je vous laisse admirer le côté quétaine (kitsch on va dire) de la chose avec la pub. Enjoy ! ;D


dimanche 20 novembre 2011

Going south…

photo prise à travers la vitre donc qualité pourrie…


Euh, non, je n'ai pas pris mes billets d'avion pour Cuba ou le Mexique même si vendredi, j'ai eu droit à mon premier déblayage et grattage de voiture :((((( L'enfer blanc s'en est allé aussi vite que ce qu'il était apparu. Le problème, c'est qu'il finira par revenir :s Vivement le mois de juin tiens !

à Nicolet
Quand je parle d'aller au Sud, c'est pas loin du tout de 3R : Nicolet et Port Saint-François. 
Anne connaissait une boutique sympa à Nicolet, on a donc été y faire un saut samedi après-midi et je confirme, c'était vraiment sympa ! Manufactum propose à la vente tout un éventail d'objets réalisés artisanalement : des objets en verre, des sacs, des vêtements, des produits de soin, des jouets en bois… Difficile de faire l'inventaire de tout ce qu'on y trouve ! En tous cas, c'est vraiment beau et inspirant. Les prix ne sont pas toujours très abordables mais ce n'est pas du made in China

N'hésitez pas à aller y faire un saut. La boutique est située 77 place du 21-mars à Nicolet. 
Moi en tous cas, c'est sûr, j'y retournerai :)

Certains des artisans dont les produits sont en vente à la boutique seront présents au Salon des Métiers d'Arts de 3R qui aura lieu cette fin de semaine (du jeudi 24 au dimanche 27 novembre) et où je serai bénévole pendant 3 demie-journées (dont deux avant le salon). Venez nombreux, l'entrée est gratuite :)

L'école de Police - source : cyberpresse.ca


En repartant de Nicolet, on est passé devant l'école de Police (de beaux bâtiments en pierre, anciens, comme on les aime, tellement grands que ça m'en arraché un "ça en fait du caillou !"), on a fait une courte halte devant la cathédrale mais qui était fermée et on a bifurqué vers le fleuve pour aller découvrir Port Saint-François. Il ne faisait pas très beau ce jour-là et en plus, la nuit commençait à tomber, bref, oui, je sais, je ne suis pas prête de bosser pour le National Geographic ^^ Je vous mets les photos quand même.

Parlant de photos, j'ai décidé d'essayer un nouveau système pour le blog. Je vous mets quelques photos dans l'article et vous renvoie vers un lien où vous pourrez voir davantage de photos, en diaporama si vous le souhaitez. N'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce nouveau système, si ça vous plaît ou non. 


cathédrale de Nicolet


La cathédrale de Nicolet a un style architectural assez spécial… Je suis assez fan de la forme "coquille Saint-Jacques" (le gros arrondi) mais trop de formes tue la forme : arrondi, rectangle très allongé qui porte la croix, triangle puis ellipse. Too much…






le Saint-Laurent, à proximité de Port Saint-François




La vue sur le fleuve à Port Saint-François, elle, est magnifique. Qu'est-ce qu'il est majestueux ce Saint Laurent ! J'adore !!! :)

Programme d'accueil pour les nouveaux arrivants (PANA)

Comme vous le savez déjà, j'ai participé la semaine passée aux ateliers en groupe de recherche d'emplois qui font partie du programme PANA. A Trois-Rivières, ce programme est offert par l'organisme Stratégie Carrière





Le groupe
Nous étions 4 personnes à être présent tous les jours et à certains moments d'autres personnes sont venues se greffer à notre groupe (Bernard de l'île Maurice et deux jeunes hommes iraqiens).
Le clan des 4 était composé de Mohammed qui vient d'Algérie, Khalilou qui vient du Sénégal mais a passé plusieurs années en France avant d'arriver au Québec, Bernard de Paris et moi. L'atelier était animé par Luzia d'origine suisse allemande mais installée au Québec depuis une trentaine d'année. A noter également la présence d'un "candidat clandestin" puisque Luzia mettra au monde un garçon au mois de janvier :)

de g. à d. : Khalilou, Bernard, Mohammed

Luzia, notre accompagnatrice, derrière à gauche



Je dirais que nous étions un bon groupe dans la mesure où nous avons échangé pas mal d'informations et d'expériences entre nous. On était un groupe vivant, probablement un peu trop ;) je veux dire qu'on a parfois été (et je m'inscris en faute) un peu trop exubérant. Et c'est dommage parce qu'on a parfois peut être un peu dissuadé Mohammed d'intervenir dans les discussions parce qu'il est un peu plus réservé que nous autres.

Si évidemment le but de cet atelier était de faciliter notre entrée dans le monde du travail, il était pour autant pas toujours facile de rester concentré et donc professionnel vu la masse d'informations à intégrer. 

Le contenu
Il n'est pas question pour moi aussi de faire un compte-rendu de tout ce qui a pu se dire durant la semaine, d'une part parce que ça serait impossible à faire, d'autres part parce que beaucoup d'informations peuvent être trouvées sur des sites comme celui d'Emploi-Québec et encore parce que si vous êtes un futur immigrant du Québec, il ne tiendra qu'à vous de participer au programme à votre arrivée. 

Les thèmes abordés ont été les sites internet où aller chercher de l'information, le bilan de notre parcours, le CV, la lettre de présentation, l'analyse de l'offre d'emploi, les références, la promotion de soi et l'entrevue d'embauche et enfin le réseautage. J'en oublie peut être tellement c'était dense.


Difficile de lister tout ce que j'en ai retiré mais voici les points parmi les plus importants selon moi :

- je sais enfin quoi répondre à la question "parlez-moi de vous" et en combien de temps.

- j'ai fini par comprendre que si un employeur a retenu mon CV c'est que la partie diplômes/expériences lui convient et qu'il veut désormais évaluer en entrevue uniquement (ou presque) mon attitude

- j'ai appris à mieux me connaitre et à être fière de mon travail notamment au travers de l'exercice qui a consisté à trouver et à rédiger des réalisations que j'avais faite dans le cadre professionnel et en-dehors.
Ça semble anodin dit comme ça mais j'ai vraiment progressé à ce niveau-là. J'ai aussi été étonnée de constater que j'avais fait preuve de beaucoup plus de bénévolat et d'initiatives que ce que je ne le pensais. 

- pouvoir échanger avec Luzia et les autres candidats a permis de soulever encore d'autres différences culturelles. Je pense notamment à tous les "efforts" de présentation que font les femmes dans le milieu du travail ici : d'un point de vue vestimentaire mais aussi la coiffure, le maquillage. Il va de soi qu'en contact avec la clientèle c'est un impératif mais même au fin fond d'un bureau les femmes ici sont sur leur 31. 

Bilan et autres plaisirs minuscules
Le bilan est très positif et je pense, pour tous les candidats. Je crois qu'on a eu chacun à notre manière une (voire plusieurs) prises de conscience au cours de cet atelier. Khalilou s'en rendu compte que toute la façon de se "vendre" apprise en France était totalement à revoir pour cadrer avec la culture québécoise, Bernard a pris lui aussi conscience de pas mal de différences culturelles, moi aussi…

S'asseoir autour d'une table et travailler nous a aussi certainement permis de mieux clarifier peut être pour certains nos projets professionnels à court et long terme. 

que des bonnes choses !!! :p :p :p
J'ai vraiment apprécié nos échanges au cours de ces 5 jours.
Vendredi, nous avons partagé tous ensemble le repas du midi et chacun a amené quelque chose à manger (avant ça, deux fois dans la semaine, Mohammed avait amené des gâteaux réalisés par son épouse québécoise : un pur délice à chaque fois !) : quiches faites maison par Khalilou, gâteau et beans avec sauce harissa de Mohammed, pain maison (miam !!!), emmenthal (re-miam !!!) et raisins de Luzia, j'avais amené une tarte aux pommes. On a eu du mal à travailler l'après-midi du coup… ;) 

Puisqu'on travaillait sur les ordinateurs cet après-midi là, Bernard en a profité pour nous montrer son site internet sur lequel on peut voir ses œuvres (tableaux et sculptures en papier mâché). Et ben, wow, allez y faire un saut, ça vaut le détour !

Bon, ben maintenant, y'a plus qu'à chercher du boulot !


post ré-édité le 22 novembre pour ajouter les photos que Mohammed nous a fait passer. Merci Mohammed ! :)

vendredi 18 novembre 2011

Midnight Funk

vous vous attendiez à ce que je poste ce soir un article pour vous narrer ma semaine d'ateliers de recherche d'emplois ? Bon, c'est pile pour ça que je ne le fais pas ;D Oui, je sais, vous me haïssez ^^

pochette de l'album
Bref article ce soir pour vous parler d'un album de musique sorti il y a pourtant des années et des années. Mais il a fait partie de ma sélection des 12 CD qui ont eu le droit de traverser l'Atlantique avec moi. C'est donc vous dire si je l'adore cet album-là.

Et si je vous en cause, c'est parce que je l'écoute en ce moment dans ma supakAtmobile. Et je l'adore toujours autant. Peut être même davantage encore. Alors il fallait que je vous en parle ^^


Midnight Funk est un album sorti par un mystérieux Demon (rien de satanique, c'est son nom de scène). D'après l'interview que j'ai trouvé, il s'agirait d'un certain Jérémie qui avait 22 ans à l'époque (il en aurait 34 aujourd'hui d'après wikipédia). Un beau petit prodige. J'ai toujours dit qu'il y avait du Daft Punk dans cet album, bref, une pure merveille. Dans la réalité, pas de Daft Punk mais c'est tellement bon que ça vous prend de l'écouter (et même d'acheter l'album, toujours en vente). 

Vous avez probablement entendu le titre You are my high, qui avait pas mal tourné sur les radios à l'époque. Vraiment bon certes, mais en ce moment, je suis totalement ensorcelée (donc peut être y a-t-il un peu de démoniaque là-dedans malgré tout… ben tant pis, j'assume mon côté obscur de l'électro) par le titre Back in the Daze avec une partition de flûte littéralement envoutante. Succomberez-vous vous aussi ?

Bon, alors, je m'excuse mais je n'ai pas envie de mettre la vidéo de You are my high sur mon blog (le clip, c'est deux personnes qui s'embrassent pendant toute la chanson mais version langues baveuses et euh… beurk…). Vous la trouverez ici si ça vous intrigue quand même…

Je vous mets le lien vers le site d'Amazon pour écouter des extraits

Belle fin de semaine à tous, courage si vous aussi vous avez eu droit à de la neige aujourd'hui (même en petite quantité… un anxiogène très puissant chez moi).

dimanche 13 novembre 2011

supakAt Sunday Night News

Je vais faire synthétique, je suis crevée (d'avoir rien fait et trop mangé ???)…
Le début est un peu abrupt mais vous voilà prévenus ^^

Recherche d'emploi

Je commence demain une semaine d'ateliers en groupe de recherche d'emplois avec Stratégie Carrière. 9h30-12h30 , 13h30-15h30.
Au programme :
- information sur le marché du travail
- bilan de carrière et CV
- analyse de l'offre d'emploi et outils de recherche d'emplois
- promotion de soi et entrevue de sélection
- réseautage
Vous savez ce qui m'ennuie dans tout ça ? Les lunches à préparer… ^^

J'ai posté deux candidatures sur le site Emploi-Québec qui correspondent aux deux types de poste que je vais prospecter : 
- travail de bureau/secrétariat
- vendeuse dans un commerce
J'ai déjà eu deux contacts d'employeurs potentiellement intéressés par mon profil (en moins de 72h). Parallèlement à ça, le conjoint de ma conseillère financière, qui est promoteur immobilier aurait besoin d'aide en réno/déco et promotion immobilière. 

J'ai envoyé ma candidature aux deux premiers employeurs mais il n'y aura quasi certainement pas de suite pour l'un d'entre eux (c'est le job que je faisais avant… en pire ;) ça fait que non merci).
Pour ce qui est de la proposition du promoteur immobilier, ça reste à voir mais je doute là aussi (vu l'éloignement des biens - en Lanaudière) que ça aboutisse. 



N'empêche que ça fait quand même tout bizarre de se faire contacter pour du travail quand on vient de France. Ce qui ont déjà vécu une période de chômage me comprendront sans peine : même en harcelant des employeurs pendant des mois en France, il ne se passe rien. Ici, tu mets juste deux lignes sur un site de recherche d'emploi et tu papotes avec ta banque et hop, trois demandes pour en savoir plus sur tes compétences et envies… J'avais beau le savoir que c'était comme ça ici mais le vivre, ça fait quand même méga bizarre… C'est comme les entrevues qui se passent bien où on ne cherche pas à te piéger à toutes tes phrases : hallucinant ! ^^ Bref : j'aime le Québec :D

Autre point : j'ai rappelé Jérôme, le loueur de voiture français à Montréal qui m'avait si chaleureusement accueilli et conseillé à mon arrivé, justement pour le remercier de tout ça. Il doit se renseigner pour une possible offre d'emplois pour moi à Trois-Rivières. 

Un Café Morgane va ouvrir ses portes tout bientôt à deux pas de chez moi. Je vais aller déposer ma candidature, on verra bien. Ca serait le fun :) Ne stressez pas : y'a une salle de sport tout à côté pour que j'aille éliminer si jamais je passe le dixième de ma paye en gâteaux ^^



Bénévolat

J'avais le goût de faire du bénévolat à nouveau. J'ai donc pris contact avec le centre d'action bénévole Laviolette concernant un échange de correspondance avec des enfants de primaire. Je trouve ça super le fun pour l'écriture bien sûr mais aussi pour le contact avec les enfants puisque je n'ai pas vraiment l'occasion d'en avoir (des contacts avec les enfants… comme d'avoir des enfants tout court) dans ma vie.

Pour ce faire, il y a une formation préalable qui est dispensée. Puisque nous sommes en novembre, elle a déjà eu lieu. Mais la personne a pris mes coordonnées car elle m'a dit qu'ils auraient certainement de nouveaux besoins même si elle ne peut dire quand. J'espère que ça va se faire ! :)

Le salon des Métiers d'Art va avoir lieu à Trois-Rivières du 24 au 27 novembre. Je suis allée visiter le site internet qui y est dédié et j'ai envoyé un courriel pour savoir s'ils avaient besoin de bénévoles. La réponse est oui. Je vais donc aller prêter main forte le mercredi et jeudi pour veiller à la bonne installation des exposants et également le dimanche matin pour l'accueil et surveiller des stands si les exposants veulent s'absenter quelques instants, notamment pour la pause du dîner :)

Bref, ça bouge !



Autres activités

Bon, enfin, ça bouge, façon de parler parce que j'ai pris contact pour recommencer le sport mais la session d'automne est trop avancée pour que je m'y joigne maintenant. Je dois donc attendre la session d'hiver qui commencera mi-janvier. Je suis dans les "starting-blocks" pour reprendre le Pilates et aussi du Step. 

Rajoutez à ça que j'ai envie de m'inscrire aussi à une activité culturelle : soit l'impro théâtrale (en me faisant violence mais ça serait pour mon bien) soit des ateliers d'écriture. Cela dit, je ne sais pas (surtout l'impro) si je pourrais intégrer l'une ou l'autre de ces activités en cours d'année, le travail ayant été réalisé à la session d'automne offrant probablement un pré-requis pour la session d'hiver. Je verrais bien.

Oh, et j'ai oublié de parler de l'initiation à l'ébénisterie donnée par un prof de Qualitech mais ça, ça sera plus ponctuel comme activité.

Ca fait beaucoup de choses me diront certains. Oui, mais n'oubliez pas que je suis une super-héros ! ;)



Une fin de semaine cool

Vendredi, j'ai reçu la belle visite de Mélanie chez moi :) Comme d'hab, Chatoupitou a joué les ados attardés en restant planqué dans son coin tout du long.

Samedi, après avoir magasiné mon Calendrier des Pompiers 2012 chez Jean Coutu (je vous préviens, ils n'avaient pas encore installé le présentoir et ils n'en ont quasi plus) et récupéré un livre à la bibliothèque, un passage au Café Morgane en face le centre commercial Les Rivières s'imposait avec Anne. Pourquoi s'imposait ? Ben parce que, c'est comme ça, c'est la vie ^^

Dimanche (aujourd'hui), je suis allée à Drummondville pour y retrouver Céline de Longueuil avec qui je prenais des cours de Pilates lors de mon dernier séjour au Québec. Mon doux qu'on a ri ! Qu'est-ce qu'elle est drôle ! Bon, par contre faut suivre parce que c'est moitié en français moitié en anglais. Mais en me concentrant un peu, ça allait ;)






C'était vraiment le fun de la retrouver. Je l'ai trouvée mincie et plus épanouie qu'il y a 1 an et demi :)
On a diné chez Scores où j'ai bien dû mettre 1h15 à avaler mon énorme salade César (je papotais aussi faut dire). On a été prendre une marche pour tenter de digérer. Elle a juste failli nous faire tuer en traversant aux passages piéton… Puisqu'elle a été traumatisée par un séjour en France, en tant qu'ambassadrice de la France a ses yeux je me suis faite écœurée ;) On est juste pas d'accord sur une chose : je dis que ok, on peut être encore des toilettes à la turque dans certains endroits en France, n'empêche qu'au Québec, il y a 2 cm de jour entre la porte et le montant de la porte des toilettes (où on peut t'apercevoir en train de faire tes besoins) et que ça se vaut. Elle trouve que les toilettes turques sont plus graves que l'espace exhibitionniste de 2 cm. Vous en pensez quoi vous ? ^^



Voilà-t-il pas que sur le chemin du retour on tombe sur un Tim Hortons. Et je n'avais encore jamais goûté quoi que ce soit dans un Tim Hortons (j'y étais entrée une fois mais ce n'est pas moi qui avait pris quelque chose à consommer). Ben on y a remédié ;) J'ai pris un capuccino vanille française :p Euh, honnêtement, un verre d'eau eut mieux valu vu l'énormité de ma salade avant mais bon pour une première chez Tim, fallait fêter ça quand même… ^^

Retour ensuite à 3R où j'ai emprunté le Pont Laviolette. Il est beau ce pont :) Il faudra que je le retraverse mais en étant passagère d'une auto pour en prendre plein les yeux et aussi prendre des photos/vidéos.

Petites notes sur l'autoroute 55
Sur une autoroute au Québec, il peut y avoir un feu tricolore comme ça d'un coup (bon il y a des panneaux qui l'annoncent à l'avance). Il y a aussi des carrefours (où les voitures sur l'autoroute ont priorité, les voitures venant à gauche et à droite ayant un stop). Puis ça s'appelle autoroute mais il y a juste une seule file et une file en contre-sens sans terre plein entre les deux, non, juste avec une ligne jaune discontinue (parfois) au centre mais des bandes rugueuses. Ca doit vouloir dire qu'on peut dépasser s'il n'y a personne en face. Mais je trouve ça quand même dangereux ce truc-là. Ou alors t'appelles ça une nationale… enfin, ça me perturbe moi… ^^



Bon, mais moi et la conduite au Québec, on a du mal à se comprendre parfois. 

Comme je le disais en début d'article, j'étais censée faire court… C'est vachement réussi (sic!)… et je n'ai pas l'énergie ce soir de retravailler mon texte pour faire plus court. Donc ça s'en vient être publié comme ça… Allez hop, à + !

vendredi 11 novembre 2011

1 mois au Québec ! :)

Aujourd'hui, cela fait 1 mois jour pour jour que je suis arrivée au Québec. A cette heure-ci, ça faisait un peu plus de 1/2h que j'étais arrivée à 3R et je n'allais pas tarder à m'endormir…



C'est curieux parce que j'ai à la fois l'impression que c'était hier et à la fois l'impression que c'était il y a longtemps tant il y a eu de choses à faire depuis mon arrivée.

En tout cas, je peux vous dire une chose : j'y suis et j'y reste ! :D :D :D


PS : Trois-Rivières, ça déchire ! :)

12 mois de bonheur :p :p :p

Petit billet qui s'adresse à mes lectrices d'abord. Je ne donnerai pas de noms ici mais j'en connais que ça va vachement intéresser !

Pour mes lecteurs, filez direct au dernier paragraphe de cet article. 

Mesdemoiselles et mesdames,  sachez vous montrer généreuses et, pour une fois, on vous le rendra bien !
Vous avez la possibilité de soutenir une noble cause en achetant le calendrier des pompiers du Québec (rien à voir avec celui vendu en France hein…)


La totalité des fonds récoltés ira à la Fondation des Pompiers du Québec pour les grands brûlés. Y'a pas de mal à (se) faire du bien. Je sens votre altruisme monter en flèche, non ?

D'après mes sources concernant un calendrier d'une année passée, on ne verrait que le torse de ces messieurs. Franchement, je trouve ça mieux un peu de mystère. Et surtout, ils ne sont pas disproportionnés comme le sont nos rugbymen que je ne kiffe pas du tout… (avis perso)


Le calendrier est en vente dans tous les Jean Coutu (chez qui on trouve de tout, même un ami il paraît. S'il ressemble à celui ci-contre, va y avoir foule chez JC !) et les kiosques à journaux. Il est également en vente sur le site de la Fondation des Pompiers du Québec pour les Grands Brûlés

Ruez-vous pour acheter votre exemplaire mais pas trop quand même : laissez-moi acheter le mien d'abord !!!


Messieurs, vous pouvez vous aussi soutenir une noble cause (la sclérose en plaques) en achetant un calendrier offrant de belles photos d'hôtesses de l'air. C'est par ici que ça se passe ou dans les pharmacies Brunet (pas garantie que vous y trouviez une amie dans ce genre-là).

jeudi 10 novembre 2011

Pitoune en détresse ;)

J'étais donc d'humeur pitoune hier quand Anne est passée me prendre pour aller manger au resto. Sur ses bons conseils, on a été au Bistro, rue Bonaventure. Je le recommande. Le cadre y est agréable et présente un certain cachet, la cuisine très bonne (mon steak était ultra tendre) et avec des prix plus que raisonnables. Voyez-donc ci-dessous le tarif du menu pour les "soupe-tôt".





l'assiette d'Anne
la mienne

 Le repas est agréable, on papote, on mange bien. Bref, jusque là tout allait bien.

Mais parfois le quotidien le plus banal bascule dans la Quatrième Dimension (ou autre série un peu stressante du genre). Que s'est-il passé te demandes-tu donc mon cher lecteur ? Tout a débuté par une très classique envie d'assouvir une pulsion irrépressible, rien d'alimentaire ou sexuel, juste un besoin d'épancher une vessie remplie à ras-bord et des maudits collants à remonter (en 2011, on ne sait toujours pas faire des collants qui ne glissent pas, dont la ceinture ne remonte pas sous la poitrine et sans que celle-ci laisse des scarifications sur l'épiderme. Mais que fait la science ? On s'en fout d'aller sur Mars !!!! - excusez mon côté super-héros reprend le dessus à toujours vouloir rendre le monde dans lequel nous vivons juste un poil mieux conçu…).

J'en étais où déjà ? Ah oui… Pour assouvir ces pulsions, un seul moyen : partir en quête des toilettes. Pas un seul panneau pour renseigner mais mon flair a fonctionné. Je longe la cuisine masquée par un rideau, passe devant une porte sur laquelle figure un petit tableau avec une femme dessinée, j'hésite mais continue ma route jusqu'à ce que j'aperçoive une 2e porte avec un tableau représentant un monsieur.

J'avoue, c'est plutôt une bonne idée d'avoir voulu renouveler le genre et de la jouer subtil avec ces tableaux plutôt que les traditionnels pictogrammes. Non, vraiment, c'est tout à leur honneur… mais pas un jour où je suis d'humeur pitoune-qui-ne-comprend-pas-les-subtilités-au-quart-de-tour ! Bon, enfin, je suis une super-héros, j'ai l'habitude de l'adversité, je soupire et pousse donc la porte où il y a le tableau-à-la-madame-dessinée. 

Et là, BAM ! Mon sang-froid hors du commun d'aventurière me permet de ne faire qu'un saut en arrière et pas un triple salto. Quand j'ai poussé la porte, elle a cogné contre quelque chose, faisant un grand fracas. Crois-tu que la lumière aurait été allumée là-dedans ? Ben, non, il faisait plus sombre que dans la caverne d'un dino.

Reprenant mes esprits, je comprends que la porte en a heurté une autre, juste derrière. Je tire la 1re porte vers moi, pose la main à tâtons sur la 2e porte et la pousse pour pouvoir ouvrir confortablement la première.
Bon, n'empêche que le jour ne s'est pas levé dans la pièce et qu'on y voit toujours rien. J'entame le jeu du "c'est là ? non ? ici, peut être ?" à la recherche de l'interrupteur. Coquin de sort, celui-ci a été malicieusement positionné assez loin de la porte, plus que ne le voudraient les conventions de la bienséance et de la logique. Mais ma ténacité sans faille m'a permis de le trouver tout de même. 

Je pousse un soupir de soulagement tout en marmonnant" bon, ben on y sera arrivé quand même…". Que nenni ! On est encore pas sorti de l'auberge, enfin du resto et dans un premier temps, de ses toilettes.  Je ferme la porte du coin d'aisance des dames, rentre dans l'un des deux WC. Et là je me retrouve à assouvir mon premier besoin avec la tête quasi contre la porte. Ce n'est jamais très agréable me direz-vous. Mais quand, en fin de parcours, il faut se tortiller pour remonter ses collants, ça l'est encore moins. Je vois ça comme un test de souplesse et d'équilibre (après le test de sang-froid quand les deux portes se sont cognées et le test de courage pour partir dans le noir à la recherche de l'interrupteur nommé non pas "désir" mais "ils l'ont foutu où ces cons ?"). Ca ne peut pas être simple des fois la vie ?

Ben visiblement non… Face au lavabo m'attendait l'ultime test, celui qui vous permet de gagner l'immunité (bactériologique, s'entend) et le privilège de sortir de cette aventure, éprouvée, mais grandie, forte de savoir-faire à nouveau testés avec succès. Imaginez-vous un robinet avec un seul "bouton", type année 70-80 : un gros truc en plastique transparent. Bon, sauf que d'habitude, sur les mélangeurs, il y a deux manettes de ce type de part et d'autre du bec d'écoulement. Ici, une seule, positionnée sur le dessus du robinet. 

Bon… on ne va pas se laisser abattre hein. Vu la grosseur du truc (de la taille de la paume de la main), j'essaie de tourner, ça ne bouge pas. J'essaie encore. Toujours rien. Dans l'autre sens (des fois que…). Rien. Je sens subitement la musique de Mission Impossible qui s'enclenche dans mon cerveau. Méthodiquement, je décide de passer en revue toutes mes connaissances et expériences en matière de robinetterie. 

Je flaire l'ennemi vicieux qui ayant laissé un robinet des années 80 a pour autant totalement modernisé l'installation en mettant un détecteur de mouvement qui ouvrirait et fermerait l'eau automatiquement. Bon, ben non, l'ennemi n'est pas si vicieux que ça…

Je songe ensuite qu'il pourrait y avoir sous le lavabo soit une petite manette à pousser avec la cuisse ou le genou ou bien un bouton dans le sol à actionner du pied. Ben, non, non et non, trois fois non.

J'étais un tiers en colère, un tiers désespérée et un tiers morte de rire ;) Avouez que c'est quand même c** qu'en 2011 alors qu'il y a des milliards de problèmes gravissimes dans le monde, que je viens de quitter mon pays, traverser l'océan, m'installer dans le Nouveau-Monde, c'est quand même c** que je sois simplement mise en échec face à un robinet dans les toilettes d'un restaurant ! Et pourtant… 

Je devais être en train de ronchonner intérieurement et j'ai ré-essayé de tourner le dit bouton. Toujours rien. J'ai eu je crois un geste d'agacement (vous savez, celui qui vous fait balancer devant vous ce que vous avez dans les mains) et là, ô surprise, l'eau jaillit. Il fallait simplement pousser le gros bouton rond vers l'arrière. Non mais tu le vis ça ?

Morale de l'histoire : la prochaine fois, je laisserai Anne aller aux toilettes en premier ^^


J'ai failli marquer au stylo entre le lavabo et le miroir : "impossible d'ouvrir le robinet ? Tél au 819-699-XXXX. Pour 2$, je te révèle le truc" mais ma déontologie de super-héros m'interdit de faire du profit sur les mauvaises conceptions de ce bas-monde. Donc j'ai écrit ce post. Si jamais tu vas là-bas, pour sûr, tu penseras à moi ;)

A part ça, on a été visiter une expo gratuite au Musée Pierre-Boucher mais c'est pas très intéressant (sauf rares exceptions). En tous cas, beaucoup moins fun que mes aventures dans les toilettes du resto ;)
Voilà les photos.